Lorgues

La Peste de Provence (mai 1720 - mai 1722)

 

 L'accostage à Marseille en mai 1720 du Grand-Saint-Antoine, venant de Syrie avec à son bord une cargaison d'étoffes contaminées, fut à l'origine de cette épidémie qui, de là, se diffusa dans toute la région. Les villes d'étape ou de relais, les villages resserrés, les périphéries des villes furent plus touchées que les populations des campagnes.
Rien qu'à Marseille, on estime entre 30 000 et 40 000 le nombre de morts dans une ville qui comptait environ 90 000 habitants.
Des proportions identiques valent pour de nombreuses villes provençales.

L'épidémie épargna Lorgues, ceci en partie grâce à d'efficaces mesures prises pour empêcher la contagion.
La ville de Toulon fut durement éprouvée.
Comme ils l'avaient fait lors de l'épidémie de 1665, les lorguais offrirent d'aider cette ville.

En mai 1722, la peste s'éteignit enfin, signal d'un progressif retour à la normale.
C'était la dernière fois qu'elle frappait en France.

  
Saint Roch implorant la Vierge pour les pestiférés.
Toile de Jacques Louis David.
Musée des Beaux-Arts de Marseille

 
Marseille


 Fermer